Un jeune, une solution !

C’est à Besançon que le Premier ministre a dévoilé jeudi 23 juillet son ambitieux plan en faveur de notre jeunesse. C’est une priorité, alors que nos jeunes risquent de subir de plein fouet la crise économique découlant de l’épidémie Covid.

D’un montant de 6,5 milliards d’euros supplémentaires, cet engagement se décline autour de trois piliers :

Favoriser l’embauche des jeunes par les entreprises

Pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle, l’État crée une compensation de charges de 4 000 euros à destination des entreprises pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021.

Par ailleurs, pour l’embauche de jeunes en alternance d'ici à fin février 2021, est créée une aide exceptionnelle de 5 000 euros pour un apprenti ou un contrat de professionnalisation de moins de 18 ans, 8 000 euros pour un majeur jusqu’au niveau master.

Mieux qualifier les jeunes vers les emplois nouveaux

Le plan prévoit 200 000 places supplémentaires dans les filières de formation, dont 100.000 formations qualifiantes ou pré-qualifiantes proposées dans les métiers d'avenir (transition écologique, santé, numérique, et secteurs prioritaires du plan de relance).

Favoriser les parcours d’insertion pour les jeunes éloignés de l’emploi

Outre 100.000 missions supplémentaires en service civique sur deux ans, le plan prévoit, au total, 300.000 parcours d'insertion, dont 20% dans le secteur marchand. Sont notamment prévus 60.000 contrats initiative emploi (CIE) pour des jeunes rencontrant des difficultés particulières d'insertion, dont une partie du salaire est financée par l'État.

Dans le secteur associatif ou public, les « parcours emplois compétences » seront augmentés, de même que les entrées en « garanties jeunes », dispositif d’insertion géré par les Missions locales.