Protection de l’enfance : une feuille de route ambitieuse

Le Président de la République l’avait annoncé le 20 novembre dernier, lors de la journée internationale des droits de l’enfant : une personne en charge de la protection de l’enfance serait désignée pour porter à haut-niveau cette politique. Ainsi, le 25 janvier, Adrien Taquet était nommé secrétaire d’Etat auprès d’Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé.

En cette année du 30ème anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant, il a pour mission de proposer des mesures à la hauteur des enjeux pour garantir le droit à la sécurité, à la santé et à l’éducation de ces enfants. L’Etat devra pleinement assurer sa part de responsabilité, en liens étroits avec les Départements, chargés de l’aide sociale à l’enfance.

L’objectif n’est pas de proposer une nouvelle loi car notre législation est déjà fournie. Nous disposons en effet de nombreux outils qu’il convient de mettre en œuvre. C’est à nos pratiques que nous devons collectivement travailler pour prévenir les situations de vulnérabilité, garantir le quotidien des enfants confiés à la protection de l’enfance et leur offrir un avenir prometteur.

La feuille de route pour la protection de l’enfance a été présentée par Agnès Buzyn et Adrien Taquet le 28 janvier. Elle est construite autour de 3 grandes ambitions : 

1. Agir en amont pour mieux accompagner et soutenir les familles dès avant la naissance de l’enfant et dans les premiers mois de la vie.

2. Mobiliser la société toute entière autour des violences subies par les enfants, favoriser leur repérage et le traitement des informations préoccupantes. Aujourd’hui, moins d'1 personne sur 4, face à une suspicion de violence, va effectivement la signaler. 

3. Garantir les droits fondamentaux des enfants pris en charge au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) : droit à une protection effective, à la stabilité, à la santé, à une scolarité qui répond à leurs besoins. Aujourd’hui, 70% des enfants sortent de l’ASE sans diplôme.

Pour répondre à ces trois ambitions, des axes de travail concrets ont été identifiés, et notamment : 

- l’accompagnement des futurs parents dès le 4e mois de grossesse et suivi renforcé après la naissance, avec la protection maternelle et infantile.

- l’interdiction des violences éducatives ordinaires. 

- une campagne de communication pour renforcer le recours au numéro d’urgence 119. 

-l’exécution plus rapide des mesures judiciaires de placement. 

- la prise en charge à 100% du parcours de soin des enfants de l’ASE, y compris pour les soins de psychologie.

 - la lutte contre le décrochage scolaire des enfants placés.

Une attention particulière sera portée à la situation des jeunes sortants de l’aide sociale à l’enfance : l’accès aux droits, au logement, à la formation professionnelle ou aux études supérieures sera renforcé.

Pour construire une stratégie ambitieuse et partagée avec les acteurs de la protection des enfants, Adrien Taquet engage une large concertation avec l’ensemble des partenaires, et en particulier avec les Départements. Elle sera présentée à l’été 2019.

Cet engagement témoigne de la volonté du Gouvernement de faire de la protection de l’enfance une priorité.