Pour aller plus vite…lever les freins à l’usage du vélo et tripler son utilisation en 5 ans !

Fidèle à sa méthode basée sur la concertation, l’annonce du plan vélo par le Premier ministre vendredi 14 septembre fait suite aux assises nationales de la mobilité de l’automne dernier. Constat avait été fait de la part encore trop basse du vélo dans nos déplacements quotidiens alors que « pour la qualité de vie, pour la transition énergétique, pour des questions de santé, développer l’utilisation du vélo est prioritaire » (Edouard PHILIPPE dans Ouest France).

En mobilisant tous les partenaires, collectivités territoriales, entreprises, associations, particuliers, ce plan a pour ambition de tripler le recours aux 2 roues et rattraper ainsi le retard pris par rapport à nos voisins européens.

L’intérêt du vélo et d’une telle politique sont connus en faveur de l’écologie, du climat, de la santé mais il faut aussi remercier les cyclistes pour un autre service qu’ils rendent par leur pratique à la société, à savoir le désencombrement de la ville et la fluidification du trafic.

Pour atteindre 9% des déplacements d’ici à 2024, année où la France accueillera les Jeux Olympiques, le plan vélo s’appuie sur 4 orientations :

  • Sécuriser
  • Lutter contre le vol
  • Inciter
  • Promouvoir

 

Sécuriser :

Pour développer des aménagements cyclables et favoriser un déplacement à vélo fluide et sûr, un fonds national « mobilités actives » d’un montant de 350 millions d’euros soutiendra les collectivités locales à réduire les discontinuités et les franchissements dangereux. Les bandes cyclables et voies vertes dédiées aux modes doux seront favorisées.

Lutter contre le vol :

Il touche 300 000 foyers par an. Le marquage des vélos sera généralisé, un fichier national des propriétaires sera créé, tandis que le stationnement sécurisé dans les bâtiments et les gares sera favorisé.

Inciter :

A l’instar des remboursements des frais de transports, tous les employeurs publics et privés pourront contribuer au frais de déplacement à vélo de leurs salariés grâce à un « forfait mobilité durable » jusqu’à 400 € par an en franchise d’impôt et de cotisations sociales. En outre, le vélo sera introduit dans le barème kilométrique fiscal permettant le remboursement des déplacements professionnels. Le soutien à l’achat de vélo électrique sera poursuivi. Les entreprises qui développent des flottes de vélo seront aidées.

Promouvoir :

Pour que tous développent une « culture » vélo, l’apprentissage précoce du vélo sera généralisé, en liens avec les ministères des Sports et de l’Education nationale, et la Sécurité routière. Cela permettra d’appréhender les règles de circulation dès le plus jeune âge.