Lancement progressif de la prime à la conversion des chaudières

Pour lutter contre le réchauffement climatique et améliorer le pouvoir d’achat des Français, le Gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux : zéro chaudière au fioul d’ici 10 ans.

Son déploiement est le résultat de plusieurs changements sur les dispositifs existants :

Accès simplifié aux aides par la construction avec les acteurs privés d’offres commerciales agrégeant les aides de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (ANAH – jusqu’à 50% des dépenses), les aides privées versées au titre des CEE, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (30% du montant restant) et en offrant des solutions pour financer le reste à charge ; tout en réalisant, à la place des ménages, l’ensemble des démarches administratives ;

Forte augmentation des aides au titre des CEE (Certificats d’économie d’énergie) afin qu’ils tiennent compte de la valeur ajoutée écologique des opérations de remplacement de chaudières ;

Élargissement de l’éligibilité de ces aides :

- A tous les ménages, sans condition de revenu ;

- Aux remplacements des chaudières à gaz les moins performantes, et non plus seulement aux chaudières au fioul car il faut remplacer toutes les chaudières vétustes.

Pourquoi ce nouveau dispositif ?

La prime à la conversion des chaudières met en œuvre de manière opérationnelle les ambitions de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), présentée dans le cadre de la Stratégie française pour l’énergie et le climat en novembre 2018. La PPE fixe quatre grands objectifs pour l’avenir énergétique de la France : baisser les consommations d’énergie ; tourner le dos aux énergies fossiles ; développer les énergies renouvelables et de récupération ; maîtriser la facture énergétique des Français.

Pourquoi changer de chaudière ?

- Changer sa chaudière à énergie fossile pour une chaudière plus performante à énergie renouvelable représente en moyenne une économie de 900 à 1 200 € par an sur la facture de chauffage d’un ménage. 
- Mettre fin aux chaudières au fioul représente près d’1 million de tonnes de gaz à effet de serre évitées par an sur la même période, soit 1,5% des émissions du secteur résidentiel. Le fioul représente en effet 7 à 10 fois plus d’émissions de CO2 qu’un mode de chauffage ayant recours aux énergies renouvelables. 
- Réduire l’utilisation de chaudières au fioul contribuera à l’amélioration de la qualité de l’air ambiant.

Cliquez ici pour retrouver des cas concrets de changement de chaudières (pages 3 et 4)