Fessenheim : fermeture en cours

Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) seront arrêtés d’ici l’été 2020, conformément à l’engagement de campagne du président de la République.

Il s’agit de la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire en activité (le 1er réacteur a été fermé le 22 février et le second réacteur le sera en juin).

Un arrêt définitif en 2020

La France poursuit ainsi la mise en œuvre de sa stratégie énergie-climat, dont l’un des axes principaux est la diversification des sources de production et d’approvisionnement en électricité. Il s'agit là de changer profondément le modèle énergétique en engageant avec cette fermeture la réduction à 50% de la part du nucléaire en 2035. Cette réduction s’accompagne donc d’un développement massif des énergies renouvelables : le Gouvernement se donne pour objectif de multiplier par 2 la part de l’éolien et par 5 la part du photovoltaïque dans les 10 prochaines années.


En application du plafond de capacité nucléaire fixé par la loi de transition énergétique pour une croissance verte, la fermeture de la centrale de Fessenheim était conditionnée à la mise en service de l’EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville (Manche). Afin de lever l’incertitude liée à de nouveaux retards sur le chantier normand, le Gouvernement a décidé de dissocier l’avenir de Fessenheim et confirmé son arrêt définitif.

L’État et EDF se sont accordés sur le caractère optimal d’une fermeture de Fessenheim en 2020. Cette année correspond en effet à la quatrième visite décennale du premier réacteur de la centrale. Pour poursuivre l’exploitation, EDF aurait eu à réaliser d’importants investissements qui n’auraient pas été rentabilisés d’ici à la mise en service de l’EPR de Flamanville.

Un projet d’avenir du territoire

Afin d’accompagner les salariés et l’ensemble du territoire, un projet d’avenir du territoire de Fessenheim a été signé le 1er février 2019 (700M€ d’investissements). Élaboré collégialement par les collectivités, les acteurs économiques, les associations, les partenaires sociaux et les services de l’État, il vise la mise en œuvre d’une stratégie ambitieuse et exemplaire de reconversion des personnels et de revitalisation du territoire (projets d’aménagement économique, développement des énergies renouvelables, verdissement des mobilités). Avec une ambition commune : faire du Haut-Rhin un territoire de référence à l’échelle européenne en matière d’économie bas-carbone.